Blog de Gaston et Léon

A crier dans les ruines ou l ‘énergie du désespoir. Attention : Coup de coeur!!!

À crier dans les ruines par Koszelyk

Le confinement apporte son lot de désagréments mais aussi quelques belles surprises. Attirée par le titre de ce premier roman et par une couverture intrigante, c’est sans aucun à priori que j’ai commencé la lecture du livre d’Alexandra Koszelyk, « à crier dans les ruines ». Et je n’ai pas été déçue…

Pripiat, en Ukraine, 1986. Léna et Ivan, deux enfants, inséparables, s’aiment. Leur insouciance va se briser soudainement lorsque la catastrophe de Tchernobyl se produit. Léna, fille de hauts scientifiques, va partir pour la France avec sa famille alors qu’Ivan, fils de paysan, reste. Entre eux, désormais, les kilomètres, les frontières puis les années. Vingt ans s’écoulent mais peut-on oublier son enfance, ses racines, sa terre, son âme soeur?

C’est avec beaucoup de délicatesse et de poésie qu’Alexandra Koszelyk parle de l’horreur et décrit la douleur de l’exil. Est-il possible de survivre lorsque l’on est amputé d’une partie de son histoire? Comment accepter le silence assourdissant? Et l’espoir peut-il renaître des cendres? Un très beau premier roman, puissant, en hommage à tous ces hommes et ces femmes disparus dans cette tragédie et à tous ceux qui ont survécu à travers les ruines.

A découvrir sans attendre.

 

Idées de lectures, bien sûr!

Voici, pour vous donner quelques idées pendant ce confinement, quelques coups de coeur de notre gang des lecteurs :

Le coeur de l’Angleterre de Jonathan Coe,Le-coeur-de-l-Angleterre.jpg

Coup de coeur de Patrick :

Ce livre est un vrai bonheur. Il montre avec finesse les interrogations et les doutes de la classe politique anglaise à partir des années 2010. Des émeutes de Londres, de l’engouement festif des jeux olympiques et de la mise en oeuvre du référendum catastrophique sur le Brexit, le roman questionne avec ironie et humour sur les grands thèmes sociétaux actuels. C’est au travers des membres de la famille Trotter que le lecteur assiste à ces changements politiques. C’est aussi une réflexion sur le temps qui passe et c’est avec une certaine nostalgie que l’on suit les destins de ces différents personnages.

Un roman très enlevé, superbement écrit qui aide à comprendre les complexités et les contradictions du monde politique actuel…mais toujours dans un langage politiquement correct! A lire absolument!!

Girl, d’Edna O’Brien,Girl.jpg

Coup de coeur de Nicole :

Maryam fait partie des lycéennes nigérianes enlevées par Boko Haram en 2014. Emmenée dans un camp loin de son village, elle devient esclave sexuelle avant d’être mariée à un djihadiste et de tomber enceinte. Lorsqu’elle parvient à s’enfuir, avec sa petite-fille, son retour, après un périple dont elle réchappe par miracle, ne se passe pas du tout comme elle s’y attendait : son village a été détruit, son père est mort de désespoir après l’enlèvement, nombre de ses proches ont été tués, les survivants la suspectent elle-même de radicalisation, craignent des représailles liées à son évasion, et traitent en paria cette fille désormais objet de honte (elle a souillé le sang du clan).

Edna O’Brien a prouvé son engagement pour la causse des femmes en général. Ce roman est un véritable hommage aux souffrances de ces filles nigérianes.

Sale gosse, de Mathieu Palain, Sale-goe.jpg

Coup de coeur de Jennifer :

Wilfried, né d’une mère trop jeune et fragile pour l’élever, se retrouve placé en famille d’accueil dès son plus jeune âge. Aimé et entouré, il intègre le centre de formation de football d’Auxerre. Il est promis à un brillant avenir jusqu’à ce qu’il soit expulsé pour violence. Commence alors une descente dans la délinquance qui atteint son paroxysme lorsque sa mère biologique refait son apparition. Seul, perdu, en colère, il fait la connaissance de Nina, éducatrice de la Protection Judiciaire de la Jeunesse, aux méthodes peu orthodoxes. Entre eux un lien fort va se créer.

Mathieu Palain s’est inspiré des récits de son père, éducateur à la P.J.J., et de son expérience d’immersion pour écrire ce premier roman. Le résultat est percutant, poignant, criant de vérité. Tour à tour bouleversant et drôle, ce livre est un cadeau.

Ceux qui partent, de Jeanne BenameurCeux-qui-partent.jpg

Coup de coeur d’Eliane :

Sur Ellis Island et New York, quelques portraits de migrants qui débarquent de leur bateau pour atteindre l’Amérique. Chaque personnage a un parcours différent, et l’auteur fait se rencontrer ces personnages attachants. En plus de ces migrants, un jeune photographe américain habitant à New York, issu d’une immigration plus lointaine, arrive à saisir la beauté intérieure des personnes.

Quelques phrases fortes tirées du livre :

page 15 : « on ne peut pas vivre le coeur ouvert sur le pays d’avant »

page 106 : « Que sommes-nous devenus pour que d’autres humains aient le pouvoir de nous ouvrir un pays ou de nous renvoyer là où il n’y a plus de « chez nous »? C’est quoi une frontière? »

page 250 : « Dans sa pension il y aura aussi des livres parce qu’ils vous emportent et vous reposent de tout, parce que parfois ils vous conduisent même là où vous pensiez qu’en vous il n’y avait plus rien. »

Un très beau livre qu’ Eliane vous recommande vivement.

Les veilleurs de Sangomar, de Fatou Diome Les-Veilleurs-de-Sangomar.jpg

Coup de coeur de Geneviève :

Coumba, une jeune mère sénégalaise, vient de perdre son mari, Bouba, dans le tragique naufrage du « Joola » en septembre 2002, bateau surchargé qui faisait la navette entre Zinguichor et Dakar. On assiste au monologue de Coumba qui pleure son amour perdu près de l’île de Sangomar ; île qui est le royaume des esprits des morts. Elle doit respecter la coutume du veuvage, très stricte, surveillée par sa belle-mère et par les habitants du village qui viennent la visiter sans relâche. Toutes les nuits, lorsque son bébé dort, elle convoque les esprits des morts pour parler à son mari. Elle décide d’écrire leur histoire d’amour pour la léguer à sa fille quand elle sera plus grande.

A travers ce récit, on plonge dans le mental de Coumba qui veut résister à la pression de son entourage : famille, amis, religieux de tous poils…Elle réclame le droit de vivre libre en opposant un mutisme total à leurs conseils et prescriptions.

Style poétique, incantatoire et humoristique. On entre dans la pensée animiste de ce peuple de marins, les Sérères, où les morts tiennent une grande place dans la vie des gens. Ce livre est un hymne à l’amour car « immortels sont les aimés ».

Un mariage américain, de Tayari Jones Un-mariage-americain.jpg

Coup de coeur de Jennifer :

Nous sommes dans le Sud des Etats-Unis. Celestial et Roy viennent de se marier. Ils sont noirs, beaux, riches, pleins de rêves. Pourtant, leur avenir déjà tout tracé va s’écrouler lorsque Roy se trouve accusé à tort de viol. Dans un état sudiste où le racisme est encore omniprésent, l’issue est inéluctable. Le verdict tombe : 12 ans de prison.

Comment survivre à l’injustice, à l’enfermement, à l’éloignement? Et lorsque l’exil prend fin, le retour à la vie est-il possible? Tayari Jones nous questionne sur le racisme, la famille, le couple, la loyauté, l’amour. Elle nous entraîne avec justesse dans une société américaine rongée par le poids du passé et les exigences du présent. Un grand roman.

Les simples, de Yannick Grannec Les-simples.jpg

Coup de coeur de Patrick :

Livre jubilatoire qui situe son histoire au sein d’une abbaye bénédictine au 16ème siècle. Cette abbaye est renommée grâce à son herboriste Soeur Clémence, qui élabore des remèdes et des décoctions composés d’herbes et de plantes aux vertus curatives. Ce savoir-faire permet à cette communauté de ne pas dépendre du pouvoir royal et de vivre largement de ses revenus et de ses productions. Cette indépendance déplaît foncièrement à l’évêque de Vence qui va tout entreprendre pour discréditer la vie apparemment tranquille de la communauté en essayant de faire naître des scandales. A partir de là, c’est la catastrophe et tout part en vrille…

L’humour est toujours présent dans ce livre et accompagne avec brio les turpitudes et pensées pas toujours très pures des différents personnages. A lire absolument.

Coup de coeur BD : Ma fille, mon enfant ,de David Ratte Ma-fille-mon-enfant.jpg

Chloé et Abdelaziz sont jeunes et ils s’aiment. Tout semble parfait si ce n’est que la mère de Chloé, Catherine, voit cette idylle d’un très mauvais oeil. Bien qu’elle s’en défende, Catherine est pleine de préjugés et de relents racistes. Malgré l’insistance de son mari Michel pour la faire revenir à la raison, elle s’entête à vouloir séparer les deux amoureux, au risque de se brouiller violemment avec sa fille. Lorsqu’un événement dramatique surgit, le lien mère-fille semble s’être rompu pour de bon…

Un bijou de justesse et de sensibilité servi par une illustration douce et sans fioritures.

Les membres du Gang ont aussi aimé : 

Entrez-dans-la-danse.jpg La-caleche.jpg La-vie-tranchee.jpgLa-telegraphiste-de-Chopin.jpgLe-lit-d-Alienor.jpg Nous-etions-nes-pour-etre-heureux.jpg Ta-deuxieme-vie-commence-quand-tu-comprends-que-tu-n-en-as-qu-une.jpgUne-joie-feroce.jpg

 

Ici, bientôt, les activités du Gang des lecteurs……

Un roman est comme un archet, la caisse du violon qui rend les sons, c’est l’âme du lecteur.

Stendhal

Le gang s’est réuni plusieurs fois déjà depuis sa reconstitution en septembre 2019 dans une ambiance joyeuse et studieuse. Un grand nombre de livres ont été explorés et nous vous donnerons bientôt, ici,une liste de nos coups de cœur.

Restez vigilants … ! La plupart de ces coups de cœur seront disponibles dans votre médiathèque Simone Veil.


Le retour du Gang des lecteurs

Hier soir, c’était le grand retour du Gang des lecteurs. Après plusieurs mois de repos (ou de cavale disent certains…), le Gang s’est reformé pour le plus grand plaisir de tous les anciens et nouveaux participants.

A l’ordre du jour : partage de lectures et dégustation de petites douceurs!

Avant d’échanger nos coups de coeur et autres découvertes, nous nous sommes penchés sur le livre proposé à la lecture cet été : « Un avion sans elle« de Michel Bussi

Résumé : Décembre 1980. Un avion en provenance de Turquie s’écrase dans le Jura. Parmi les décombres, une seule survivante : une petite fille de 3 mois. Un véritable miracle qui va pourtant très vite tourner au cauchemar quand deux familles vont venir revendiquer leur lien de parenté. Qui est cette petite libellule? A quelle famille appartient-elle? C’est la question que va se poser Crédule Grand Duc, détective privé, pendant 18 ans sans jamais trouver la réponse. A moins que…

Critique : Roman apprécié à l’unanimité par les lecteurs du Gang. Ecriture fluide, sens du suspense, Michel Bussi nous tient en haleine pendant près de 600 pages. On pourra lui reprocher des personnages parfois un peu caricaturaux et une fin quelque peu tirée par les cheveux. Toutefois, c’est un livre à la portée de tous, au style efficace et que l’on prend plaisir à lire. A découvrir.

Le Gang a aimé aussi :

  • Changer l’eau des fleurs de Valérie Perrin
  • Il est grand temps de rallumer les étoiles de Virginie Grimaldi
  • Les déracinés de Catherine Bardon
  • L’amie prodigieuse d’Elena Ferrante
  • Les testaments de Maragaret Atwood
  • Et soudain la liberté d’Evelyne Pisier et Caroline Laurent
  • Dans ses yeux d’Eduardo Sacheri

          Résultat de recherche d'images pour "il est grand temps de rallumer etoiles"  Résultat de recherche d'images pour "les déracines bardon" L’amie ProdigieuseEnfance, adolescence Les testamentsEt soudain, la liberté Dans ses yeux

 

La prochaine réunion du Gang aura lieu le mardi 5 novembre à 19h.  Vous êtes tous conviés à devenir des gangsters du livre, des braqueurs du roman, des arnaqueurs du coup de coeur!!

Thème du 5 novembre : la rentrée littéraire

Soirée découverte de lectures

Hier soir Elsa de la librairie Develay est venue partager avec nous ces derniers coups de coeur et parler des dernières nouveautés en librairie.

Voici les titres qu’elle a aimés :

Frères d’âmes de David Diop au Seuil.

Un matin de la Grande Guerre, le capitaine Armand siffle l’attaque contre l’ennemi allemand. Les soldats s’élancent. Dans leurs rangs, Alfa Ndiaye et Mademba Diop, deux tirailleurs sénégalais parmi tous ceux qui se battent alors sous le drapeau français. Quelques mètres après avoir jailli de la tranchée, Mademba tombe, blessé à mort, sous les yeux d’Alfa, son ami d’enfance, son plus que frère. Alfa se retrouve seul dans la folie du grand massacre, sa raison s’enfuit. Lui, le paysan d’Afrique, va distribuer la mort sur cette terre sans nom. Détaché de tout, y compris de lui-même, il répand sa propre violence, sème l’effroi. Au point d’effrayer ses camarades. Son évacuation à l’Arrière est le prélude à une remémoration de son passé en Afrique, tout un monde à la fois perdu et ressuscité dont la convocation fait figure d’ultime et splendide résistance à la première boucherie de l’ère moderne. Ados/adultes, accessible 

 

Sérotonine de Michel Houellebecq chez Flammarion

«Mes croyances sont limitées, mais elles sont violentes. Je crois à la possibilité du royaume restreint. Je crois à l’amour» écrivait récemment Michel Houellebecq.

Le narrateur de Sérotonine approuverait sans réserve. Son récit traverse une France qui piétine ses traditions, banalise ses villes, détruit ses campagnes au bord de la révolte. Il raconte sa vie d’ingénieur agronome, son amitié pour un aristocrate agriculteur (un inoubliable personnage de roman – son double inversé), l’échec des idéaux de leur jeunesse, l’espoir peut-être insensé de retrouver une femme perdue.
Ce roman sur les ravages d’un monde sans bonté, sans solidarité, aux mutations devenues incontrôlables, est aussi un roman sur le remords et le regret.  Pour les amateurs de Houellebecq

Sérotonine

 

Les porteurs d’eau d’Atiq Rahimi chez P.O.L.

L’action de ce nouveau roman d’Atiq Rahimi se concentre en une seule journée : le 11 mars 2001. Ce jour-là, les Talibans détruisent les deux Bouddhas de Bâmiyan, en Afghanistan…

Un couple à Paris au petit matin. Tom se lève et s’apprête à partir pour Amsterdam. Il a décidé de quitter sa femme, Rina, qui dort près de lui. Tom est afghan, commis-voyageur, exilé en France. Il souffre de paramnésie, la sensation obsédante de déjà-vu ou déjà-vécu. À Amsterdam, il a rendez-vous avec sa maîtresse, une mystérieuse Nuria. Mais elle a disparu. Lui croit que sa vie bascule quand une vieille femme, Rospinoza, lui révèlera une toute autre histoire…
Un couple à Kaboul au petit matin. Yûsef se lève pour remplir sa tâche quotidienne de porteur d’eau. Il risque sinon la colère des Talibans et 97 coups de fouet sur le dos. Il doit s’arracher à la contemplation de Shirine, la femme de son frère, parti en exil. Candide et solitaire, il éprouve la naissance d’un sentiment étrange, que lui révèle son ami, un marchand sikh afghan, converti au bouddhisme. Et c’est lui, le petit porteur d’eau, qui alors fera basculer la vie des siens…
Un roman où se mêlent les contes et la sagesse d’autrefois, avec la cruauté de l’histoire contemporaine, et deux destins parallèles, tragiques et bouleversants, qui sans jamais se croiser livrent un grand récit poignant, polyphonique, sur l’exil, la mémoire, l’amour et la liberté. Ados/adultes, très accessible.

La légende d’Elzébor de Michaël Escoffier et Matthieu Maudet à l’Ecole des loisirs

Il fait chaud, Maïa meurt d’envie d’aller se baigner à la rivière. Pas question, disent ses parents, Elzébor le monstre s’y cache, et il croque ceux qui s’approchent. Quels peureux ! Maïa est sûre qu’ils exagèrent. Et elle fonce à la rivière. Mais comme toujours, dans les histoires de Michaël Escoffier et Matthieu Maudet, ce n’est pas du tout ce qu’on attendait qui arrive… C’est encore mieux !   à partir de 3 ans.

Légende d'Elzébor (La)

Quelques titres à retenir et à découvrir :

Adultes :

Crac de Jean Rolin chez P.O.L. (roman) / A nous la liberté! de Christophe André, Alexandre Jollien et Matthieu Ricard chez l’Iconoclaste (développement personnel) / L’Empreinte d’Alexandria Marzano-Lesnevich chez Sonatine (roman/récit) / La Goûteuse d’Hitler de Rosella Postorino chez Albin Michel (roman) / Le couple d’à côté de Shari Lapena aux Presses de la cité (roman policier) / Les fils de la poussière d’Arnaldur Indridason chez Métaillé (roman policier) / Jean Moulin l’affranchi de Bénédicte Vergez Chaignon chez Flammarion (biographie) / 21 leçons pour le XXIè siècle de Yuval Noah Harari chez Albin Michel (sciences/société) / Inch’allah de Gérard Davet et Fabrice Lhomme chez Fayard (enquête/société)

    A nous la liberté L'empreinte La Goûteuse d'Hitler

Le couple d'à côté   Jean Moulin  21 Leçons pour le XXIème siècle

Inch'allah : l'islamisation à visage découvert

Jeunesse :

Le monde de Lucrèce d’Anne Goscinny et Catel chez Gallimard Jeunesse (T1 et T2 ) roman à partir de 8 ans /  L’âge d’or de Cyril Pedrosa et Roxanne Moreil, BD à partir de 15 ans.

Le monde de LucrèceLe monde de Lucrèce  L'âge d'or - tome 1 - L'âge d'or - première partie

à paraître en Avril (pour ados et même adultes) :

Nous sommes l’étincelle de Vincent Villeminot chez Pocket Jeunesse

Le prix Graines de Lecteurs

 

Cette année encore le département de l’Ain affirme sa volonté de soutenir la Lecture Publique à travers de nombreuses actions dont le Prix Graines de Lecteurs.

Du 1er décembre 2018 au 22 mars 2019, des albums sont proposés à la lecture à des enfants entre 0 et 5 ans. 2 catégories : une pour les plus petits jusqu’à 3 ans environ, et une pour les 4-5 ans. 5 albums dans chaque catégorie vont être lus aux enfants. Ils pourront les découvrir, les manipuler, en parler, que ce soit à la bibliothèque, dans leur classe, à la crèche ou avec leur assistante maternelle.

A Jassans, plusieurs structures participent avec la médiathèque, depuis plusieurs années, à ce prix : la crèche « La Souris Verte », l’école maternelle Montplaisir et l’association d’assistantes maternelles « Créalire ».

Nous avons commencé à faire découvrir aux enfants tous ces albums magnifiques et très bientôt nous procéderons aux premiers votes.

L’album qui remportera le prix dans la catégorie 0-3 ans sera offert par le département de l’Ain aux enfants nés en 2018 durant l’opération Premières Pages qui se déroulera entre octobre et décembre 2019.

 

Bonjour à tous,

après une très longue absence Léon et Gaston sont de retour!

Pour débuter ensemble cette nouvelle année, voici le programme topissime (non non ce n’est pas subjectif!!) du mois de février! Il y en aura pour tous les goûts : contes, jeux, ciné, création.

Alors à vos agendas!!

Gang des lecteurs

Le jeudi 6 avril à 14h les mystérieuses lectrices du gang des lecteurs se sont réunies.

Elles sont revenues sur leurs lectures volées au thème de la couleur. Après avoir eu quelques échanges musclés pour savoir qui mettrait du sucre dans son café, elles se sont mises à raconter des histoires. Mais pas n’importe quelles histoires : parfois innocentes, parfois impitoyables, mais toujours captivantes!

Voici quelques avis dont vous devriez tenir compte :

  • Dragon bleu Tigre blanc de Qiu Xialong chez Liana Levi                             

Résumé : Chen est démis de ses fonctions d’inspecteur pour une promotion pompeuse qui ressemble à une mise au placard. Tentatives de meurtre et d’intimidation, menaces sur lui et sa mère: sa vie est en danger et il mène, avec ses moyens propres, son enquête personnelle et officieuse. Grâce à ses relations, il va, peu à peu, pouvoir faire le lien entre ce qui lui arrive, des affaires de corruption de membres du Parti, des industriels et des américains. Il ira jusqu’au bout, pour lui et pour les victimes qui sont tombées  car trop gênantes.
Qiu Xiaolong s’inspire d’un fait réel qui a impliqué, en 2012-2013, un »prince rouge » (fils de haut dignitaire du Parti) et sa femme dans des affaires de corruption financières et criminelles (l’affaire Bo Xilai).

Avis : l’enquête est complexe et longue à se dénouer, la peinture de la vie en Chine est très intéressante et la description du Parti et de ses rouages est passionnante.

Le rythme du récit est toutefois lent et il faut pouvoir accepter cette lenteur pour entrer pleinement dans l’histoire et dans l’intrigue dont l’action s’accélère et la tension s’accroît à mesure que le dénouement approche

  • La neige noire  de Paul Lynch chez Albin Michel                                            La neige noire

Résumé : après des années passées à New York, Barnabas est revenu s’installer en 1945 dans le Donegal, avec sa femme Eskra et son fils Billy. Il a acheté une ferme, des terres et des vaches : avec Eskra, ils ont réussi, en 2 ans, à  bien développer leur exploitation. Un incendie anéantit l’étable et toutes les vaches qui y ont été piégées. L’ouvrier agricole qui a tenté d’intervenir périt dans l’incendie et Barnabas est, lui, sauvé par l’un des voisins venus à leur secours. Soutenu par Eskra, Barnabas va tenter de se remettre du traumatisme, physique et psychique, et de reprendre un nouveau départ. Suspectant que l’incendie ait été criminel, culpabilisant de la mort de son ouvrier, affrontant les regards et les propos accusateurs d’une communauté qui ne l’a jamais considéré comme l’un des siens, Barnabas va lutter pour reconstruire l’étable. Une lutte obstinée et âpre, violente et tragique, qui brave les éléments et le climat, comme les opinions, les croyances et les traditions d’un comté et de ses habitants rudes et inhospitaliers.

Avis : le texte est très beau, les descriptions, de la nature ou des hommes, fortes, riches et précises. L’âpreté et la désespérance des lieux et des relations humaines sont impressionnantes. 

Dépressifs s’abstenir….

  • Le rouge idéal de Jacques Côté aux éditions Alire                                            

Résumé :L’action se déroule en 1979. Plusieurs évènements sordides s’enchainent dans la ville de Québec : chien mutilé, main coupée retrouvée plantée sur un piquet,…   Rien ne semble les lier jusqu’à ce que le corps d’une jeune femme soit retrouvé attaché à une pierre tombale dans un cimetière. Il semblerait que le meurtrier éprouve une haine féroce pour les femmes. Le lieutenant Duval et son coéquipier Louis (en fauteuil roulant depuis leur dernière affaire) se lancent alors dans une enquête pleine de rebondissements et d’horreur.

Avis : Un très bon roman policier plutôt classique dans la forme mais très efficace. Les personnages sont complexes, leur psychologie est fouillée. Le détail et la précision des informations concernant la police scientifique sont très intéressants. On se divertit et on apprend. Quelques expressions en québécois peuvent dérouter certains mais si l’on fait abstraction de ce détail on passe un excellent moment et on a hâte de retrouver le lieutenant Duval dans la suite de ses enquêtes !

Vous pouvez retrouver la liste des romans sélectionnés à la médiathèque. N’hésitez pas à, vous aussi, rentrer dans l’aventure du gang des lecteurs!

La prochaine réunion se tiendra le jeudi 8 juin à 14h. Le thème choisi est « les titres à rallonge » (Parle-leur de batailles, de rois et d’éléphants ; L’art d’écouter les battements de coeur ;  C’est une chose étrange à la fin que le monde ; …). A très bientôt pour de nouvelles histoires.

Fin des votes pour le prix Graines de lecteurs

Depuis le mois de décembre des enfants de 0 à 5 ans ont pu découvrir les albums de la sélection du Prix Graines de lecteurs 2017. Cinq albums proposés dans chacune des deux catégories :

  • Catégorie 0/3 ans  : Poussin vert de Marie-Hélène Lafond et Gwenaëlle Doumont, 5 oiseaux dans le nid de Rose Marie-Noëlle Gressier et Nathalie Janer, Alors ça mord? de Jean Gourounas, Papillote de Violaine Marlange et Les trois gibbons de Kenji Abe.
  • Catégorie 4/5 ans : Course épique de Marie Dorléans, Les deux grenouilles à grande bouche de Pierre Delye et Cécile Hudrisier, Grododo de Michaël Escoffier, Le plouf de Guillaume Olive et Zhihong He et Purée de cochons de Stéphane Servant et Laetitia Le Saux.

 

Ce Prix est organisé par la Direction de la Lecture Publique et le département de l’Ain depuis 2010 pour favoriser le développement de la lecture auprès des enfants de 0 à 5 ans.

Les enfants des écoles maternelles de Jassans ainsi que ceux de la Crèche La Souris Verte  et de l’association Créalire ont participé à ce prix. Ils ont découvert les albums par des lectures proposées à la médiathèque mais également directement dans les différentes structures. Cela a permis également aux plus grands d’appréhender la notion de vote.

Dans chaque catégorie, l’album plébiscité sera récompensé samedi 8 avril à la D.L.P. de Bourg en Bresse.

Les premiers méfaits du gang des lecteurs…

premiere-rencontre-du-gang

Ne vous y trompez pas, sous leurs airs de sages demoiselles délicates se cachent des lectrices en série, adeptes des braquages de nouveautés et avides d’orgies littéraires!!!

Jeudi 2 février se sont réunis pour la première fois des lecteurs (ou devrais-je plutôt dire lectrices?) passionnés , non pas pour faire des crêpes (c’était la Chandeleur ) mais pour parler de ce qui les réunit : l’amour de la lecture.

Autour d’un thé ou d’un café, 8 drôles de dames ont fait connaissance et ont évoqué leurs goûts en matière de lecture (parce que le reste nous ne regarde pas!) : romans ou documentaires, terroir ou polars sanglants,… Tous les goûts sont dans la nature et là ils étaient dans le groupe de lecture. Et oui il ya des poètes aussi.

Bref, après des échanges passionnés et passionnants, le gang a décidé qu’il aborderait des thèmes aussi divers que variés et les premières découvertes se feront autour de celui-ci : « De la couleur dans le titre ». Chaque participante s’est donc jetée sur les livres proposés et s’est battue bec et ongles afin de repartir avec le graal espéré entre ses mains. Eles auront deux mois pour découvrir un ou plusieurs livres dont le titre comporte de la couleur : la couleur des sentiments, l’herbe bleue, Marie-Blanche,Boston noir,…

Vous pourrez bien sûr retrouver toute la sélection et les avis des lecteurs sur le blog et à la médiathèque.

Rendez-vous donc dans deux mois, le jeudi 6 avril à 14h, pour le prochain épisode du Gang des lecteurs…